Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Entérobactéries résistantes à la colistine : mesures pour les établissements de santé (complément)

Le HCSP précise ses recommandations visant à maîtriser la diffusion d’entérobactéries portant un gène plasmidique de résistance à la colistine afin de répondre aux 3 questions suivantes, complémentaires des deux avis publiés en septembre et décembre 2016 :

  1. Faut-il rechercher mcr-1 en routine chez les entérobactéries productrices d’une bêta-lactamase à spectre étendu (EBLSE) ?
  2. Quelles précautions sont nécessaires chez les patients porteurs d’EBLSE mcr-1 + ?
  3. Faut-il un dépistage digestif systématique par écouvillonnage rectal à la recherche de mcr-1 chez les patients contacts d’un patient porteur d’une EBLSE mcr-1 + ?

Réponses :

  1. Test de la résistance à la colistine et recherche, en cas de résistance, de la présence du gène mcr-1 chez toute souche d’entérobactérie résistante aux carbapénèmes par production de carbapénémases (EPC)
  2. Précautions lors de soins à un patient prouvé porteur d’une entérobactérie positive pour mcr-1/mcr-2 : précautions complémentaires de type « contact » quel que soit le profil de résistance.
  3. Pour la recherche systématique d’un portage digestif de mcr-1/mcr-2 :
    Les stratégies de dépistage des patients pris en charge par la même équipe soignante (patients contacts) qu’un cas porteur d’une entérobactérie mcr-1/mcr-2, doivent être adaptées au profil de résistance de la souche :
    • pour une EPC, le dépistage systématique de tous les contacts doit être organisé avec une recherche de la résistance à la colistine ;
    • pour une EBLSE, le dépistage systématique des contacts à la recherche de mcr-1/mcr-2 n’est pas recommandé en routine. Un dépistage systématique pourra être décidé en cas de situation épidémique échappant aux premières mesures de maîtrise de la situation.

Lire aussi :

Veuillez patienter quelques instants...