Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Entérobactéries résistantes à la colistine : mesures pour les établissements de santé

Deux cas de patients porteurs d’Escherichia coli avec le gène mcr-1 de résistance plasmidique à la colistine ont été récemment rapportés aux États-Unis. En France, la première détection d’une entérobactérie porteuse de ce gène mcr-1 a été signalée à Nouméa (Nouvelle-Calédonie).

Afin que les mesures nécessaires soient mises en place dans les meilleurs délais dans les établissements de santé, la Direction générale de la santé a demandé au HCSP d’actualiser la définition des bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) et les modalités d’identification prenant en compte l’évolution de l’épidémiologie de la résistance de ces bactéries.

Dans l’état actuel des connaissances, le HCSP recommande dans un premier temps les mesures suivantes :

  • Tester la résistance à la colistine et rechercher la présence du gène mcr-1 chez toute souche d’entérobactérie productrice de carbapénémase (EPC) isolée :
  • soit lors d’un dépistage systématique à l’admission d’un patient aux antécédents d’hospitalisation hors territoire métropolitain dans l’année, avec ou sans rapatriement direct,
  • soit dans un prélèvement à visée diagnostique en cours d’hospitalisation dans un contexte nécessitant le recours à la colistine.
  • Mettre en œuvre des précautions complémentaires d’hygiène en plus des précautions standard pour la prise en charge d’un patient porteur d’une entérobactérie présentant le gène mcr-1, à l’instar de ce qui est recommandé pour les BHRe.
  • Procéder au signalement dans le cadre du dispositif des infections nosocomiales et adresser la souche au Centre national de référence (CNR) de la résistance aux antibiotiques.
  • Mettre en œuvre des études épidémiologiques nationales de prévalence de la résistance à la colistine et de la présence du gène mcr-1 chez les entérobactéries à partir des données des laboratoires de biologie de ville et hospitaliers.

Un second avis a été produit par le HCSP le 6 décembre 2016 afin de préciser les modalités de détection de la résistance à la colistine et de présence du gène de résistance plasmidique mcr-1.

Lire aussi :

Veuillez patienter quelques instants...